... Lénouche ...

J'oublie où je me trouve lorsque j'écris, Vassilis Alexakis

"...Ceci n'est pas une page internet..."

02 octobre 2009

déménagement.

Je déménage après avoir décidé de reprendre mon activité bloguesque.

Ceux qui le souhaitent pourront me retrouver ici :  http://hypotitruc.over-blog.com/

Posté par lenouche à 23:49:24 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2008

Malgré les apparences.

DSCN2516

Contrairement aux apparences qui ne sont, en l'occurence, peut-être pas très trompeuses, ce blog n'est pas à l'abandon -la preuve, je suis là-.

Simplement, je n'ai pas le temps de l'alimenter en ce moment. Simplement, je pense à trop de choses et je ne prends pas le temps d'écrire, et puis la fac demande plein de boulot, et puis je n'avais pas envie d'étaler mes états d'âme et mes angoisses tous les jours.

En gros, les dernières actualités. Je suis démomifiée. Mon ordinateur a définitivement rendu l'âme après plusieurs alertes et je suis endettée pour les dix mois à venir. Je songe très sérieusement à migrer en Antarctique ces temps-ci. Le travail pour la fac me stresse. J'en ai marre de la licence et je voudrais pouvoir enfin passer au stade master. Et puis sûrement aussi beaucoup d'autres choses que j'oublie, ou pas.
En fait, les deux derniers mois ont été à la fois très remplis et désespérément vides. Quelques anecdotes marrantes. J'ai accueilli pendant quelques jours un irlandais, moi, qui ne parle pas un mot d'anglais et qui le comprends encore moins. Le pauvre a un peu parlé dans le monde, ce fut douloureux pour mes oreilles, mon vocabulaire a dû passer de 500 à 511 mots dans cette langue, et j'ai dû répondre à côté à chaque question que je prenais pourtant bien soin d'éviter.

Noël m'a fait réaliser mon côté profondément misanthrope, j'ai été revoir les canards de l'Yonne avec Melle A. et ils ont eu droit à des biscuits suédois -parce qu'on n'a jamais de pain-, je l'ai torturée à faire de la balançoire sous la pluie.

Cette liste n'est ni exhaustive ni chronologique. Ni même logique tout court.
Je deviens allergique à Claude Simon, et l'un entraînant l'autre, à Robbe-Grillet, Ricardou, Sarraute et leurs copains nouveaux romanciers -Duras conserve mon estime-.

Je n'ai rien d'intéressant à dire, finalement. Le prix des passeports doit augmenter et j'étais censée aller m'en faire faire un. Du coup, j'irai peut-être en Bosnie-Serbie-Monténégro-Turquie en été 2010, ou 2011, ou 2012, ou ...

Voilà. On ne conclut pas un message que tout le monde peut lire comme on conclut une lettre, et je ne sais pas si je veux conclure. Je n'ai pas besoin d'écrire pour être lue, j'ai besoin d'écrire pour moi. Pour me souvenir, pour me fixer. Mais je ne sais pas tenir un journal et ceci fait que cela entraîne la chose suivante, j'écris et je suis lue. Mais je m'en fous, je crois.
Des fois c'est comme une insensibilité. Comme le froid qui anesthésie. Sauf qu'on peut remplacer le froid par la tristesse. En fait, la tristesse, c'est le meilleur mot qu'on puisse trouver pour résumer ces deux mois. Il faut que je retourne à mon explication de texte, et je n'ai pas envie.
 

Posté par lenouche à 20:17:23 - Idées du moment - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 octobre 2008

Vél... scritch.

004_VELO

Instantané des pensées de la cycliste que je suis ces trois dernières semaines.

Episode numéro un : vélib à Paris avec Melle L.

Génial sur les bords de Seine, un très bon moment. Une expérience à faire malgré les
-"putaiiin c'est dur à manier c'est lourd ce truc làààà!!"
-"Attttaaaaaa j'te suis plusssss làààà"
-"Euuuuh t'es sûre qu'ils vont as me débiter les 150 euros là ??"
-Tin tin tin *panique* y'a des voitures devant , derrière, à côté, ça fonce, j'vais mourir, je fais quoiiiii ??? *pensée : je m'arrête au milieu de la rue, je ferme les yeux et je vois ce qu'il se passe* "

Episode numéro deux : vélo à Dijon.

Banal.

Première partie :
- je tape à une main et je vais attraper des crampes dans les doigts.

Deuxième partie :
- message en larmes sur un répondeur laissé par individu qui tremble de partout.
- réconfort (?) : "je t'ai déjà entendue souffrir mais jamais dire de conneries"

Troisième partie :
- je prends conscience des courbatures de tous les muscles de mon corpps du petit orteil à la racine des cheveux et par la même partie de mon corps.
- mon corps vient de m'apprendre qu'il n'appréciait pas les chocs trop brutaux.
- je réalise que la tête, c'est lourd en soi à porter ...
- tout le monde m'appelle Robocop ou La Momie
- j'ai mal

Conclusion :
- c'est dangereux, le vélo à Dijon
- je ressemble à ça (ceux qui veulent une liste détaillée des os cassés iront voir ailleurs si j'y suis) :

 

DSCN2508

- c'est très difficile de trouver une position pour dormir
- j'ai réalisé à quel point je tenais à la vie
- je mets une demie heure à enfiler un pull
- et le pire ?! : " Non mais le problème maintenant c'est que tu vas te promener dans la nuit et faire peur aux gens hein ... on sait pas si t'es inoffensive toutes les momies disent ça !!" (dois-je préciser que mon voisin a failli s'étouffer de rire en me voyant ??)
- l'avantage : je suis un arc en ciel sur pattes en ce moment et je peux assomer les gens avec un plâtre.

Posté par lenouche à 04:15:00 - A mots perdus - Commentaires [3] - Permalien [#]

15 octobre 2008

Pile ou face.

DSCN2503

15 octobre. Je dors très bien la nuit, je sors, je vois des gens, mon appart' est rangé, j'arrive à me plonger dans les cours. Je me lève tôt journées bien remplies. C'est ce que je me dis quand j'essaie de dormir. Ce que je voudrais et ce que j'essaie de dire aux autres. C'est le côté pile.

15 octobre. Je ne dors pas la nuit, je me lève à 18 heures avec un sentiment de désespoir profond, je me force à vider le cendrier quand il est plein, je ne vois personne et si je sors et que quelqu'un me voit ça donne un truc du genre "Hélèèène" --> "Aaaahhh". Je ne m'attendais pas à ce qu'on puisse me voir parce que je n'ai pas l'impression d'exister, en ce moment. Mon appart' ressemble vaguement à un champ de mines et quand je veux qu'on me laisse je dis que je bosse des cours dans lesquels je n'arrive désespérement pas à me plonger. Je me dis que je vais ranger, ma tête et mon environnement, mais je n'y arrive pas. Alors je ne fais rien. C'est le côté face, avec peut-être en plus un message plein de larmes sur un répondeur.

C'est bête. Pourtant ... J'ai cru que ça allait mieux. Au début du mois. Deux jours vraiment chouettes à Paris, plus rien dans la tête. Juste profiter. Heureuse de voir Melles A. et L. , de voir tout le monde. Heureuse d'aller au théâtre voir une pièce qui me tenait à coeur, heureuse de rire, de parler, de profiter. Même heureuse que Melle L. ait tenté de me tuer à coup de courses effrénées dans le métro.

Côté pile et face mélangés, je me dis que c'est l'effet rentrée. Mais c'est moyen convainquant, même à mes yeux, comme explication. Je voudrais juste que ça passe. Et retrouver l'équilibre, du bon côté.

Posté par lenouche à 19:25:34 - Idées du moment - Commentaires [1] - Permalien [#]

30 septembre 2008

Nuit verte, mode d'emploi.

cache_365x312_shadok_vert_2_365x312

Je n'aime pas l'expression "nuit blanche". Le côté oxymore est joli et rend bien, mais il n'est pas assez explicite. Parce que même quand on ne dort pas, d'un point de vue purement pratique, la nuit reste noire (bleu foncé). En fait, c'est la couleur qui cloche. Nuit verte, ce n'est pas beaucoup plus juste, mais si on associe la couleur gazon à l'angoisse, ça rend déjà mieux les joies de l'insomnie.

J'ai arrêté de compter. J'ai arrêter de lister le nombre de nuits où je n'ai pas dormi parce que je ne sais plus depuis quand j'ai réussi à m'endormir avant six ou sept heures du matin. Mais je vais bien, très bien. Je ne pleure pas devant les autres et je ne dis même pas que je souffre.

Passez des heures à vous retourner dans tous les sens. Regardez l'heure toutes les trente minutes. Angoissez à l'approche du matin. Contrôlez la prise de valium pour ne pas trop dépasser la dose, quand même. Lisez La Politique d'Aristote dans le texte. Comptez les moutons. Tapez-vous la tête contreles murs. Ressassez. Ne pensez plus à rien. Faites trois fois le tour de votre appart' en courant pour vous épuiser encore un peu plus, pour crever un corps qui n'en peut plus de fatigue et refuse de dormir. Maudissez le monde entier. Fumez une cigarette, mangez des gâteaux levez-vous, recouchez-vous, faites tout ça en une nuit, multipliez le par X nuits, et vous aurez une idée de l'angoisse et de la lourdeur d'un corps qui ne dort pas.

J'attends la reprise des cours et j'ai peur de l'année licence. Parce qu'on me demande un sujet de mémire pour décembre, parce que "sur Aragon" c'est trop vaste, parce qu'après la licence les choses deviennent carrément chaotiques et décisives pour un avenir incertain. Quand l'ophtalmo -on applaudit j'ai des lunettes- m'a dit que je verrai enfin le monde plus net, je n'ai pas osé lui dire que c'est ma vie que j'aimerais voir plus claire. Et je ne le dirai pas, même si je le pense.
Alors on m'a conseillé "les boissons minérales et gazeuses dans l'oeuvre d'Aragon", mais je doute qu'un prof accepte de cautionner ça. Résultat, je suis dans la merde.

Bientôt, théâtre avec Melle. L. J'attends, avec impatience. En attendant, le résultat d'un nombre incalculable d'heures d'insomnie m'a donné un résultat sur la question du "comment en vouloir à La Voisine tout en conservant la réactivité d'un bigorneau".
Réponse :
- Elle "m'emprunte" tout un tas de trucs sans me prévenir et "oublie" de me les rendre ou le fait des mois après
- Elle refuse de faire couper son chat
- Le dit chat vient tout le temps, en conséquences pisser chez moi
- Quand je viens lui dire elle me répond d'un air ahuri "bah ... je suis désolée". Et moi donc.

Que quelqu'un prenne une massue ou un gourdin et m'assomme, par pitié ...

Posté par lenouche à 03:35:09 - Lénouche - Commentaires [6] - Permalien [#]

31 août 2008

Profanation.

DSCN2460

J'ai été taguée. Et je viens de découvrir que "taguer" signifiait "passer le relai".
La chose tombant bien, étant donné que ma cuisine vient d'apprendre qu'il n'était pas recommandé pour elle que j'oublie un oeuf dans une casserole sous peine d'être entièrement repeinte par cet abruti d'embryon ovoïdal.
Le thème reste donc dans le domaine "cuisine"; je dois être maudite.

(Si quelqu'un me rapporte un calamar géant vivant et qui tient dans ma douche, je le vénère jusqu'à la fin de ma vie et promis, je ne le cuisinerai pas ... ).

1) Qu'aimez-vous le plus cuisiner ?

Spontanément les plats tout prêts qui coûtent une fortune et que, donc, je ne fais jamais, mais qui ont l'avantage d'éviter de cuisiner quand on a les moyens d'en avoir. En deuxième place les surgelés qui présentent le même avantage mais je n'ai pas de congélateur. Donc les nouilles, puisqu'elles représentent 90% de ma cuisine et que je ne sais faire que ça à peu près correctement.


2) Laquelle de vos réalisations a reçu le plus de suffrage ?

... des pâtes aux légumes ...


3) La recette que votre entourage vous réclame le plus ?

"Surtout ne t'embête pas, hein ! j'ai à manger chez moi je ramène ce qu'il faut ... ou alors tu préfères descendre au kébab..?". Conclusion : la recette de ma non-cuisine.


4) Votre petit-déjeuner préféré ?
 

Chocolat-jus d'orange-tartines de pain frais beurrées avec de la confiture d'orange ou de myrtilles... Je dois petit-déjeuner trois fois par an en tout, hélas...


5) Votre restaurant ou pâtisserie préféré(e) ?

Marco Polo (pizzeria) en resto. La pâtisserie ... je ne sais pas.


6) Votre aide la plus précieuse en cuisine ?
 

Les recettes sans huile dans une poële qui menace de gicler partout et d'ébouillanter toute personne se trouvant à moins de trois mètres de là. Sinon, qu'on me laisse faire ma tambouille toute seule. Sinon, risque d'énervement et de panique immédiate, et de cramage, ratage, et autres joyeusetés ...

Prochain post : recette de textes latins mijotés avec une lecture assidue.

Et je passe le relai à qui veut.

Posté par lenouche à 23:11:01 - Lénouche - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 août 2008

Boulomai.

bosna

Elle a le vertige. Elle a la tête qui tourne mais elle ne tourne pas sur elle même. Elle pleure sans verser une larme, elle hurle sans pousser le moindre cri, sans laisser passer le moindre son.
Elle court en restant sur place, elle voit trouble.

Elle pleure, elle rit, elle crie. Elle ne connaît plus son âge. Elle ne se connaît plus, elle pleure, elle rit, elle a mal. Il y a des images qu'elle n'oublie pas, des douleurs qui ne passent pas. Il y a des douleurs qu'elle ne comprend pas.
Elle cherche l'air de rien à retrouver l'équilibre. A se vomir pour moins se haïr, à détester les autres pour tromper sa rancune. Elle sait que c'est elle qu'elle déteste, que c'est son corps qu'elle ne supporte pas.

Elle sait qu'aucun coup de ciseau ne changera jamais rien. Mais elle frappe quand même, aveuglément. Juste la vue troublée par les cris qui ne sortent pas, la rage qui lui fait tourner la tête, qui fait tourner toutes les images. La rage qui n'est que de la douleur.
Elle croit devenir folle parce qu'elle ne dort plus depuis des nuits et qu'elle ne comprend plus rien. Elle est comme droguée, abattue par un coup de couteau dans le dos, les côtes, essoufflée. Elle est comme droguée dans un monde qu'elle ne voit plus et qui lui échappe. Elle est comme en prison dans son corps, dans ses pensées. Comme prisonnière d'elle même.

Elle voudrait attraper une main qui se tend et qu'elle a lâchée depuis longtemps. Elle voudrait dire des mots qu'elle ne dit plus. Alors elle ronge ses mots, elle se ronge les ongles au sang pour se soulager. Elle hurle, juste, en silence.
Elle ne sait plus, juste elle ne sait plus ce qu'est l'avenir, ce qu'est la vie, ni ce qu'est un présent qu'elle ne vit pas et qu'elle ne supporte plus.
Elle ne connaît plus l'identité, son identité. Elle ne sait plus dire "je", elle oublie tout dans un marasme écoeurant qui lui donne le vertige.

Posté par lenouche à 00:13:40 - Idées du moment - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 août 2008

De l'incongruité des préjugés.

367039739_cb8ca4ac6a

Au début, j'ai franchement fait la tronche. Mais vraiment. C'est peut-être ça qui est génial -pas le fait de faie la gueule, mais de transformer la grimace en un réel sourire-.

Il faut dire aussi que "Littérature coloniale" avec Marguerite Duras, ça ne pesait pas très lourd dans la balance face à la "Littérature concentrationnaire" avec Pérec et W. Alors j'ai fait la gueule. Et puis j'ai pensé que de toutes façons je n'aimais pas Duras -que je n'avais jamais lue-, et que ça faisait chier, etc, etc...
Et puis on m'a dit, "soit on aime, soit on est complètement allergique, en général il n'y a pas de demie mesure". Alors bien obligée, j'ai lu L'Amant. Je n'ai pas pu le lacher jusqu'à la dernière page, que j'ai repoussée au maximum pour ne pas avoir à la lire, pour ne pas finir le livre. Et c'est là que le génial -ou le génie- intervient. Quand un écrivain écrit des trucs tellement énormes que malgré l'idée bien ancrée que "de toutes façons c'est nul et ça va être chiant" on est obligé d'abdiquer et de dire "putain mais c'est génial".

Ce n'est pas l'histoire qui est géniale. Elle, elle serait même plutôt banale, et je n'ai pas envie de la raconter. Ce qui est génial, c'est la façon dont c'est dit, c'est un style qui a le pouir de transformer une aventure qui serait somme toute un peu fade en quelque chose de simplement extrordinaire. Alors après L'Amant, j'ai entamé L'Amant de la Chine du nord, pour continuer dans le même cycle. Et là, j'ai découvert ce que je n'avais jamais vu en lisant un bouquin. La même histoire, presque, que dans L'Amant. Mais l'écriture... Putain. Cet auteur réussit à écrire de façon à ce que le lecteur voie ce qu'il se passe en temps réel. De façon à ce qu'il entende les bruits, sente les odeurs, ressente chaque sensation. Troublant. Désarçonnant. Fantastique. Magique.
Ce n'est pas le lecteur qui entre dans le livre, c'est le bouquin qui pénètre le lecteur dans chacun de ses sens, et dans tout son corps. Ce sont les mots qui se mettent à vivre dans le corps et qui font défiler les scènes comme si on les vivait. C'est un tour de maître énorme. Un génie. C'est beau. Même lorsque le livre ne raconte rien, il raconte. C'est simple, ça ne semble qu'à peine travaillé, mais c'est beau, c'est génial, c'est ... ineffable. Ces bouquins ont un pouvoir incroyable, juste.

Extraits :

"C'est la cour de la pension Lyautey.
La lumière est moins vive. C'est le soir.
[...] Il y a là des jeunes filles, une cinquantaine.
[...] Il y a celle sur un banc, allongée, celle nommée ici et dans les autres livres de son nom véritable, celle d'une miraculeuse beauté qu'elle, elle veut laide, oui, celle de ce nom de ciel, Hélène Lagonelle dite de Dalat. Cet autre amour d'elle, l'enfant, jamais oublié.
[...] L'enfant la regarde attentivement, tout à coup inquiète à cause des cernes noires sous les yeux et de la pâleur du visage d'Hélène.
[...] L'enfant essaie de surmonter cette sorte d'inquiétude, mais elle n'y aive pas, elle n'y arrivera jamais tout à fait. L'inquiétude substistera jusqu'à leur séparation.

[...]

Le lycée.
[...] L'enfant est en retard.
Elle entre dans sa classe. Elle dit : "excusez-moi".
Le professeur fait un cour sur Louise Labé. [...] Il refuse de l'appeler par son surnom "la belle Cordière". D'abord il donne son avis personnel sur Louise Labé. Il dit qu'il l'admire énormémen, que c'est une des rares personnes des temps passés qu'il aurait aimé connaître et entendre dire la poésie.
Le professeur raconte que lrsque Louise Labé allait chez son imprimeur-libraire pour lui remettre le manuscrit de son dernier recueil, elle demandait toujours à une femme amie de l'y accompagner. Elle était restée obscure sur ce point-là de justifier le pourquoi de ce désir, cet accompagnement de celle qui avait écrit les poèmes par une autre femme. [...]. L'enfant avait dit que les deux femmes, Luise Labé et celle qui l'accompagnait, devaient se connaître si bien que jamais Louise Labé ne devait s'être posé la question de savoir si elle l'emmenait avec elle ou pas à propos de poèmes ou d'autre chose. 

[...]

La douleur arrive dans le corps de l'enfant. Elle est d'abord vive. Puis terrible. Puis contradictoire. Comme rien d'autre. Rien : c'est alors en effet que cette douleur devient intenable, qu'elle commence à s'éloigner. Qu'elle change, qu'elle devient bonne à en gémir, à en crier, qu'elle prend tout le corps, la tête, toute la force du corps, de la tête, et celle de la pensée, terrassée.
[...]Ca ne s'appelle plus la douleur, ça s'appelle peut-être mourir.

Et puis cette souffrance quitte le corps, elle quitte insensiblement toute la surface du corps et se perd dans un bonheur encore inconnu d'aimer sans savoir.

Elle se souvient. Elle est la dernière à se souvenir encore. Elle entend encore le bruit de la mer dans la chambre. D'avoir écrit ça, elle se souvient aussi, comme le bruit de la rue chinoise. Elle se souvient même d'avoir écrit que la mer était présente ce jour-là dans la chambre des amants. Elle avait écrit les mots : la mer et deux autres mots : le mot : simplement, et le mot : incomparable.

[...]

Ils se sourient. Le désir revient. Ils cessent de se sourire. Il la rhabille. Et puis la regarde encore. La regarde. Elle, elle habite déjà le Chinois. L'enfant, elle sait ça. Elle le regarde et, pour la première fois, elle découvre qu'un ailleurs a toujours été là entre elle et lui. Depuis leur premier regard. Un ailleurs protecteur, de pure immensité, lui, inviolable. Une sorte de Chine lointaine, d'enfance, pourquoi pas? et qui les protégerait de toute connaissance étrangère à elle. Et elle découvre ainsi qu'elle, elle le protège de même que lui, contre des évènements comme l'âge adulte, la mort, la tristesse du soir, la solitude de la fortune, la solitude de la misère, celle de l'amour aussi bien que du désir.

Elle regarde tout, elle inspecte le lieu, cette chambre, cet homme, cet amant, cette nuit à travers les persiennes. Elle dit qu'il fait nuit. [...]
Elle est dans une détresse insurmontable [...]. Il dit qu'il sait ce qu'elle a en ce moment, ce désespoir, cette peine. Il dit que c'est comme ça, quelquefois, à une certaine heure de la nuit, ce désarroi, qu'il sait comme on est perdu. Mais que ce n'est rien. Que c'est comme ça la nuit quand on ne dort pas. 

Marguerite Duras, L'Amant de la Chine du nord.

Conclusion n°1 : je devrais essayer de dormir la nuit.
Conclusion n°2 : Camus a écrit L'Etranger avec une première personne qui disait "il", Duras écrit avec une troisième personne qui dit "je". Et c'est tout aussi perturbant.
Conclusion n°3 : Pourquoi il faut toujours que les bouquins que je pense que je vais détester sont finalement ceux que j'adore ?
Conclusion n°4 : c'est peut-être pour ça que j'aime ce que je fais ... Parce qu'on ne peut jamais avoir d'opinions toutes faites et qu'on ne peut pas se faire influencer ni par soi-même ni par les autres. 

Soit donc L le nombre de livres que je trouve trop longs, A ceux que je pense adorer, N le nombre que je pense détester et D le nombre de désillusion dans tous les sens.

Soit encore Z le pourcentage de surprises que j'ai en lisant et Y le nombre d'auteurs contre qui j'ai un préjugé négatif.

Soit T mon moment de sadisme et mon sport mathématique de l'année à moi littéraire.

Cela nous donne [[(L-D) + (A-D) + (N-D) + (Y - (A-D)] - (N-D)] X Z = W

Sachant que W équivaut au nombre de bouquins que je déteste en réalité, trouvez l'équivalent en chiffres de W. Ahemmm.

Posté par lenouche à 00:09:00 - Chroniques - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 août 2008

Sous- ...?

pythagore_manuscrit_XII

[...]

Quel temps quel temps sans mémoire
On ne sait plus comment voir
Ni se lever ni s'asseoir
Il fait beau comme jamais
C'est un temps contre nature
Comme le ciel des peintures
Comme l'oubli des tortures
Il fait beau comme jamais
Frais comme l'eau sous la rame
Un temps fort comme une femme
Un temps à damner son âme
Il fait beau comme jamais un temps à rire et courir
Un temps à ne pas mourir
Un temps à craindre le pire
Il fait beau comme jamais
Tant pis pour l'homme au sang sombre
Le soleil prouvé par l'ombre
Enjambera les décombres

Louis Aragon.

Parce que je n'ai pas les mots qu'il faut pour dire que j'ai mal. Parce que d'autres les ont. Parce qu'il faut que ça sorte. Parce que ça prend tout le corps et la pensée. Parce que j'en ai honte. Parce que j'en ai peur, de cette souffrance. Parce que je sens que je déconne. Parce que je la refuse, je le refuse. Parce que je ne sais plus. Parce que je suis paumée. Parce que je voudrais disparaître. Parce que j'en veux au monde entier et que je n'en veux qu'à moi. Parce que je déteste mon corps. Parce que je trouve irrationnel que cela m'ennuie moins de m'abimer moi que de balancer des objets. Parce que ce sont des sensations que j'aurais voulu ne plus jamais connaître, des questions que j'aurais voulu ne plus jamais attendre et des regards que j'aurais voulu ne plus jamais voir. Parce que j'ai besoin de gueuler, de hurler. Parce que, parfois, je meurs de vivre. Parce que parfois j'aurais moins peur de crever. Parce que, aussi, je n'ai plus envie de sourire et de dire que tout va bien.

Posté par lenouche à 23:18:00 - Idées du moment - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 août 2008

Salade de nuit.

DSCN2447

Elle allait sans chaussures le long d'un chemin du crépuscule. Elle marchait lourdement pour sentir à chaque pas les gravier s'enfoncer dans ses pieds nus.

Elle marchait sans marcher un jour illusoire qui déclinait au-dessus d'un monde incertain.

Elle allait sans chaussures en ramassant la nuit, en pelletant à coups de bras l'obscurité rampante. Elle criait en riant à la face blafarde et moqueuse de la lune qu'elle ferait une salade de nuit.

Elle allait en riant pour les fous des alentours. Elle refoulait les regards ahuris des autres pour garder son propre ahurissement.

Elle ramassait la nuit et la mélangeait avec les préjugés. Ses bras tournoyaient et jetaient dans un récipient immatériel une tristesse qu'elle trouvait à la pelle.

Elle faisait une salade de nuit avec tout ce qu'elle trouvait sur son passage. Avec les choses et les objets. Les sensations et les idées. Le concret se fondait dans l'abstrait et elle réinventait les états de la matière morte.

Elle allait en courant sans chaussures et en agitant une cloche. Elle sonnait le tocsin de sa salade de nuit. Le sablier s'était cassé dans l'agitation et son contenu crissait, menaçant.
Elle courait après le temps.

Elle trébuchait les pieds nus en traînant derrière elle sa salade de nuit qui brinquebalait dans les cahots des pierres et des graviers.

Elle était l'anonyme qui courait, et riait, et criait au monde avec sa salade de nuit en équilibre sur le dos.

Elle marchait sa salade accrochée à ses pieds. Elle cherchait l'ombre où perdre son ombre au bout du chemin de graviers. Elle marchait sans marcher jusqu'à l'aurore pour disparaître dans le jour, elle et sa salade de nuit.
Pour rester l'invisible.

Ou peut-être tout simplement pour ne pas connaître la vraie forme des choses sous la lumière accusatrice.

Hélène. 

Posté par lenouche à 23:09:00 - Textes et poèmes - Commentaires [1] - Permalien [#]

 
adopt your own virtual pet!
adopt your own virtual pet!